UNE HISTOIRE DE LA TOURAINE À TRAVERS SES ROCHES

2 - LA TOURAINE DES PROFONDEURS

Échelle stratigraphique simplifiée (les millions d'années (MA) correspondent au début de la période) :

4500 MA 540 MA 250 MA 65 MA
Ères Précambrien Paléozoïque (Ère primaire) Mésozoïque (Ère secondaire) Cénozoïque (Ères tertiaire + quaternaire)
Périodes Cambrien Ordovicien Silurien Dévonien Carbonifère Permien Trias Jurassique Crétacé
540 MA 500 MA 435 MA 410 MA 355 MA 295 MA 250 MA 203 MA 135 MA
Époques Lias Dogger Malm

Les terrains les plus anciens affleurant en Touraine datent d'environ 150 millions d'années et correspondent à l'époque Jurassique supérieur (ou Malm), au milieu de l'ère secondaire. Toute l'histoire antérieure n'est connue que par des sondages pétroliers qui ont atteint le socle primaire, constitué principalement de schistes, de grès, de granites et de dépôts houillers.

Avant le début de l'ère primaire, la mer…
Cette mer, ou plutôt cet océan, a déposé principalement des sédiments argileux.

Puis une chaîne de montagnes au début de l'ère primaire…
Cet océan s'est fermé peu à peu par le rapprochement de deux plaques continentales. La collision a plissé et soulevé les anciennes argiles qui se sont transformées en schistes. Puis l'érosion a effacé peu à peu cette chaîne de montagnes (dite cadomienne).

Puis de nouveau la mer…
La mer s'est réinstallée de l'Ordovicien au Dévonien. Elle a déposé des argiles, des grès, des calcaires, …

Puis de nouveau la montagne au Carbonifère…
Cette nouvelle chaîne de montagnes n'est autre que la chaîne hercynienne qui est connue à l'affleurement dans le Massif armoricain et le Massif central. Elle a commencé à se former à la fin du Dévonien en plissant fortement les anciens dépôts marins qui se sont transformés principalement en schistes. Dans le même temps, les forces en jeu ont créé à la base de la montagne une importante élévation de température qui a fait fondre les roches profondes sous forme de magma. En se refroidissant très lentement, ce magma s'est cristallisé sous forme de granite.

Des bassins houillers…
Pendant le Carbonifère et le Permien, la végétation foisonnante s'est localement accumulée dans des chapelets de lacs de montagne, suite à des effondrements de terrain. Ce sont ces accumulations de végétaux dans ces fossés d'effondrement qui, après enfouissement, ont formé la houille. On connaît au moins deux sillons houillers dans la Touraine des profondeurs.

L'érosion détruit peu à peu la chaîne hercynienne et la mer revient au Trias…
Le début du Trias est marqué par l'érosion de la chaîne hercynienne qui se transforme peu à peu en pénéplaine. Les premiers dépôts sont d'origine continentale puis, vers la fin du Trias, une mer très peu profonde, lagunaire, s'installe sur les restes de la chaîne hercynienne. Ce golfe laguno-marin signe la naissance du bassin parisien. La pleine mer se trouvait alors vers l'est et les sédiments océaniques se déposaient dans ce qui deviendra les Alpes beaucoup plus tard.

La mer domine au Jurassique inférieur et moyen…
Après un court retrait de la mer entre la fin du Trias et le début du Lias (ou Jurassique inférieur), la mer s'installe au Lias et dépose principalement des marnes (mélange de calcaire et d'argile). Au Dogger (ou Jurassique moyen), les dépôts marins sont plutôt constitués de calcaires.

<<< LE CADRE NATUREL DE L'OXFORDIEN AU CRÉTACÉ INFÉRIEUR >>>

Le cadre naturel   La Touraine des profondeurs   De l'Oxfordien au Crétacé inférieur   Au Cénomanien   Au Turonien   Au Sénonien   Au Paléogène   Au Néogène   Au Quaternaire   Carte de l'Indre-et-Loire   Carte géologique simplifiée (nord)   Carte géologique simplifiée (sud)

Retour        Page d'accueil