LES FALUNS

EN QUELQUES MOTS...


   - Définition : les faluns sont d'anciens dépôts marins, constitués de calcaires gréseux, de boues calcaires et de sables plus ou moins coquilliers.

   - Historique : après une longue émersion pendant le début de l'ère tertiaire, un golfe ouvert sur l'Atlantique s'est installé au Miocène moyen, il y a une quinzaine de millions d'années, sur un vaste territoire le long de l'axe actuel de la Loire.

Après le retrait de cette mer des faluns, la plupart des sédiments qu'elle a laissés ont été déblayés par l'érosion, mais les rares lambeaux qui subsistent témoignent d'une activité biologique riche et variée, sous un climat subtropical.

Echelle stratigraphique simplifiée (les millions d'années (MA) correspondent au début de la période) :

4600 MA 540 MA 250 MA 65 MA
Précambrien Paléozoïque (Ere primaire) Mésozoïque (Ere secondaire) Cénozoïque (Ere tertiaire... ... + quaternaire)
65 MA 53 MA 33,7 MA 23,5 MA 5,3 MA 1,75 MA 0,01 MA
Paléocène Eocène Oligocène Miocène Pliocène Pléistocène Holocène


   - Fossiles : ils sont localement très nombreux, principalement sous forme de débris. Ils constituent alors une proportion importante du sédiment.
Les fossiles entiers sont souvent usés par les anciens courants marins. On retrouve surtout des coquillages, des bryozoaires, des coraux, des oursins et des restes de vertébrés (os et dents de poissons, de reptiles et de mammifères).

   - Gisements : la carte ci-dessous de l'extension supposée de la mer des faluns montre les différents gisements d'où proviennent les fossiles figurés sur ce site :

         - pour la Touraine : Savigné-sur-Lathan, Channay-sur-Lathan et Pont-Boutard à l'ouest de Tours, Paulmy, Ferrière-Larçon et le Louroux au sud de Tours

         - pour le Blésois : Thenay

         - pour l'Anjou : Doué-la-Fontaine.



UN PEU PLUS POUR LES CURIEUX...                  Ou retour page précédente

   - Les différents faciès : on a coutume de distinguer deux faciès :

         - le faciès savignéen (de Savigné-sur-Lathan, en Indre-et-Loire). Ce sont des calcaires gréseux ou des boues calcaires, riches en bryozoaires, correspondant à une sédimentation en pleine mer, dans une eau assez profonde (autour de 50 m).

         - le faciès pontilévien (de Pontlevoy, en Loir-et-Cher). Ce sont des sables riches en débris coquilliers, mêlés de grains de quartz et de galets. La sédimentation s'est faite en zone littorale, entre 0 et 40 m de profondeur.

Des faciès intermédiaires existent entre les deux faciès précédents. Par ailleurs, sur une même verticale, plusieurs faciès se succèdent généralement, témoignant d'une histoire complexe.

   - L'âge des faluns : Cénozoïque (Ere tertiaire) - Miocène moyen

Pour être tout à fait précis, une première transgression marine, caractérisée par le dépôt d'argiles, a eu lieu au Miocène inférieur (étage Aquitanien), autour de 23 millions d'années.

A partir entre autres de l'étude des mammifères, on s'est rendu compte qu'après ce premier épisode marin et son retrait, il n'y avait pas eu une mer des faluns, mais trois mers des faluns, séparées par des périodes d'émersion. La plus ancienne de ces mers est celle qui a atteint la plus grande extension (correspondant à la carte ci-dessus). Les faluns de Touraine et du Blésois appartiennent à cette première transgression marine qui s'est étalée entre environ 16,5 et 15 millions d'années (étage Langhien, correspondant à peu près à l'ancien étage Helvétien).

Après une période d'émersion, la deuxième mer des faluns n'a atteint que l'Anjou, entre environ 12,5 et 11 millions d'années (étage Serravalien supérieur). Le gisement de Doué-la-Fontaine appartient à cette époque.

Après une nouvelle période de retrait marin, la troisième et dernière mer des faluns s'est étendue, comme la précédente, jusqu'en Anjou, entre environ 6 et 5 millions d'années (étage Messinien supérieur).

Echelle stratigraphique du Miocène :

23,5 MA 20,3 MA 15,8 MA 14,7 MA 11 MA 7,1 MA ==> 5,3 MA
Aquitanien Burdigalien Langhien Serravallien Tortonien Messinien

   - Paléontologie : les fossiles des faluns présentés sur ce site appartiennent quasiment tous (sauf indication contraire) à la première transgression marine du Langhien et datent donc d'une quinzaine de millions d'années.

Les fossiles des faluns sont à la fois abondants et variés. Dans le faciès savignéen, correspondant à la pleine mer, on trouve un grand nombre de bryozoaires, des oursins, ainsi que des mollusques (huîtres et pectinidés) à coquille en calcite (une des formes de cristallisation du calcaire). Les coquilles en aragonite (autre forme de cristallisation du calcaire) ou en calcite/aragonite des autres mollusques ont été dissoutes. Mais on retrouve parfois leurs moules internes ou externes.

C'est dans le faciès pontilévien, correspondant à une mer plus littorale, que les fossiles sont les plus variés. Les bryozoaires y sont quasiment absents mais, par contre, tous les mollusques ont été conservés. On y trouve également des coraux caractéristiques d'un milieu peu profond et chaud.

Les restes de vertébrés peuvent se rencontrer dans tous les faciès. Leur coloration sombre est due à l'imprégnation par du bioxyde de manganèse.

Les dents de requins, de raies et de poissons osseux ont été trouvées en grande quantité dans la région de Savigné-sur-Lathan.

Les restes de vertébrés terrestres (reptiles et mammifères) ont été apportés par les fleuves qui se jetaient dans la mer, lors des crues. Mais certains vertébrés terrestres sont antérieurs aux faluns. Leur origine est à rechercher dans l'érosion des sables d'origine continentale du Miocène inférieur (étage Burdigalien), érosion par la mer elle-même ou par les fleuves qui s'y jetaient. De la même façon, on retrouve parfois dans les faluns des fossiles remaniés datant de l'ère secondaire, telles que les éponges du Sénonien.

   - Utilisation des faluns : autrefois, les faluns étaient exploités pour l'amendement des terres agricoles. Aujourd'hui, ils servent de granulat et ont été intensément exploités dans le bassin de Savigné-sur-Lathan. On peut regretter la quasi-disparition d'un tel patrimoine, même si la mutiplication des fronts de taille et les innombrables découvertes de fossiles ont permis une avancée importante de la connaissance de l'histoire des faluns.

Sur un plan écologique, on peut également regretter qu'une partie du bassin de Savigné ait été "mitée" par de nombreuses carrières exploitées en dessous de la nappe phréatique des faluns, avec tous les problèmes que peut susciter la mise à l'air libre d'une telle nappe (risques accrus de pollution de la nappe, dangerosité des fronts de taille abrupts dans les pièces d'eau ainsi créées, ...).

   - Suggestions de visites : pour revenir à la disparition du patrimoine évoquée précédemment, les plus optimistes se consoleront un peu en notant qu'une carrière particulièrement pédagogique a été transformée en carrière-musée. Cette carrière dite de la décharge de Channay permet entre autres aux groupes scolaires de se familiariser sur le terrain avec la géologie. Par ailleurs, la visite du remarquable musée du Savignéen, à Savigné-sur-Lathan, est incontournable pour les passionnés, mais aussi pour le grand public qui souhaite découvrir la région en sortant un peu des traditionnelles visites des châteaux de la Loire.

Pour les visiteurs du Sud-Lochois, le musée du Grand-Pressigny (fermé pour rénovation jusqu'à fin 2008) permet également de découvrir une remarquable collection de fossiles, non seulement des faluns, mais aussi des autres formations géologiques de Touraine, sans oublier bien entendu toute la partie concernant la préhistoire régionale pour laquelle ce musée a été créé.

Retour page précédente        Page d'accueil